A propos

En bref

En bref

Le Théâtre Jean Vilar

C’était il y a plus de 50 ans ! En 1968, Armand Delcampe fonde l’Atelier Théâtre Jean Vilar à Leuven. Quelques années plus tard, en 1975, l’ATJV prend ses quartiers dans une ville qui vient de naître au milieu des champs – et qui a bien grandi depuis –, Louvain-la-Neuve, au cœur du Brabant wallon.

Depuis, Le Vilar aussi a fait du chemin : à ce jour, le Centre scénique a programmé plus de 700 spectacles et a le plaisir d’accueillir chaque année quelque 60 000 spectateurs ! Pour donner vie à tout cela, une équipe de 25 collaborateurs enthousiastes dirigés par Emmanuel Dekoninck.

Théâtre de création, il se veut avant tout un théâtre de qualité accessible au plus grand nombre, dans la lignée de Jean Vilar (comédien, metteur en scène et directeur de théâtre français, fondateur du Festival d’Avignon et directeur du Théâtre National Populaire).

Le Théâtre Blocry

La programmation du Vilar se compose de créations et d’accueils, de spectacles classiques et contemporains, d’auteurs belges et étrangers. Comédiens chevronnés y côtoient jeunes acteurs sortant des écoles de théâtre.

Au fil de ses 50 ans d’existence, Le Vilar a pu démontrer son importance sur la scène francophone en Belgique, mais aussi à l’étranger.

Durant la saison 2008-2009, Armand Delcampe quitte ses fonctions de directeur. Le poste est alors confié à Cécile Van Snick, puis à Emmanuel Dekoninck depuis la rentrée 2021.

A Louvain-la-Neuve, les spectacles sont principalement présentés dans trois salles : le théâtre Jean Vilar (remplacé par le Studio 12 durant les travaux de transformation), le théâtre Blocry et l’Aula Magna.

Historique

Historique

La Ferme de Blocry

L’Atelier prend d’abord ses quartiers à la ferme de Roobroeck, actuellement désignée sous le nom de Ferme de Blocry. Armand Delcampe raconte :

« Quand je suis arrivé à la Ferme de Blocry, il y avait encore du foin dans la grange, du fumier dans la cour et des porcs dans la porcherie. Il n’y avait pas un seul bâtiment aux alentours. (…) Un chapiteau était monté à côté de la ferme. Il n’y avait que 2 000 à 3 000 personnes dans la ville. »

En cinq mois, l’Université aménage cette ferme pour que puissent s’y dérouler toutes sortes d’activités culturelles. Les modifications apportées au bâtiment furent réduites au minimum afin de respecter l’aspect antérieur de l’habitation. L’Atelier théâtral partage le lieu avec deux écoles de théâtre : le Centre d’études théâtrales (C.E.T.), unité d’enseignement et de recherche universitaires, et l’Institut des Arts de Diffusion (I.A.D.), école de formation de comédiens.

Etudiants, professeurs, troupes de passage étaient logés dans sept petites chambres. Celles-ci furent par la suite aménagées pour accueillir les bureaux de l’administration de l’Atelier Théâtre Jean Vilar, en 2001.

La salle du Théâtre de Blocry, à l’aspect intime et agréable, pouvait alors accueillir 220 personnes. L’étude et la surveillance de la réalisation de cette salle ont été confiées au Bureau d’Etude de Scénographie d’Arik Joukovsky.

Mais cette petite salle devient vite trop étroite et il s’avère nécessaire de trouver des possibilités d’extension à l’extérieur de la Ferme : un chapiteau de 600 à 1200 places est planté sur le terrain vague voisin et le Centre Sportif loue ses vastes gymnases pour accueillir les étudiants.

A noter que, durant l’été 2004, des améliorations ont encore été apportées à la salle du Blocry pour le confort des spectateurs : mise au point du système d’aération et modification des gradins. Ces transformations ramènent à 116 places la capacité de la salle.

Le Théâtre Jean Vilar

Dans l’esprit de beaucoup de gens, le nom de Jean Vilar évoque le T.N.P. (Théâtre National Populaire) et le Festival d’Avignon.

Mais Jean Vilar est également associé à la grande salle de l’Atelier théâtral de Louvain-la-Neuve, dont la responsabilité a été confiée en 1979 à Armand Delcampe. Ce dernier a en effet été fortement influencé par l’expérience théâtrale du T.N.P. et a pour volonté de suivre les pas de Jean Vilar en proposant un théâtre de qualité à offrir au plus grand nombre. Il ouvre ainsi son théâtre à un public « populaire » et non à une poignée d’initiés.

Pour Armand Delcampe, le théâtre est une vocation, lui qui a eu la chance de découvrir le Théâtre National Populaire alors qu’il était encore enfant. « Cela a été le point de départ, le révélateur, souligne-t-il, on ne doit jamais oublier lorsqu’on fait du théâtre qu’il y a peut-être, perdu dans la foule, au fauteuil 414, un adolescent dont on va bouleverser la vie pour toujours. »

L’Atelier théâtral commence à se sentir un peu à l’étroit dans la salle du Blocry. Avec ses 220 places, elle devait souvent céder la place à un chapiteau qui permettait d’accueillir une plus large audience. Une plus grande salle était donc nécessaire, aussi pour programmer des spectacles requérant un grand plateau, et des équipements techniques et mécaniques plus élaborés.

Cette salle si longtemps attendue est enfin ouverte à Louvain-la-Neuve, dans le centre urbain. Sa construction est confiée à l’architecte belge Jean Potvin. Le scénographe Arik Joukovsky, qui était depuis le début le conseiller en scénographie de l’Atelier théâtral est désigné pour l’aménagement scénographique et technique de cette salle.

Et pourtant, au départ, cet espace était destiné à accueillir un restaurant universitaire. Le théâtre Jean Vilar est né d’un accident de parcours à l’emplacement d’un self-service !

Soutenu par l’Université et par Michel Woitrin, fondateur de la ville nouvelle, le Théâtre Jean Vilar (654 places) peut enfin être inauguré en janvier 1979, avec le spectacle En attendant Godot de Beckett, dans une mise en scène de Otomar Krejca avec Rufus, Michel Bouquet, George Wilson et André Burton.

Depuis lors, de nombreux spectacles (créations ou accueils) s’y sont succédé (en moyenne 10 par saison).

Après 40 ans d’usage intensif, le théâtre Jean Vilar - outil central de création et cœur de l’activité de l’institution - a besoin de rénovation. Un projet de reformulation totale de l’espace est en cours. Les travaux de démolition ont commencé le 21 février 2022. La réouverture est prévue pour 2024.

L’Aula Magna

Depuis octobre 2001, l’Atelier Théâtre Jean Vilar programme également des spectacles "grandes formes" à l’Aula Magna : entre 15 et 30 représentations chaque saison. Salle de plus de 1000 places offrant un plateau très vaste, ce lieu permet d’accueillir du théâtre mais surtout des concerts classiques, de la danse ou du nouveau cirque.

Rayonnement

En 2018, à l’occasion du renouvellement du contrat-programme, l’Atelier Théâtre Jean Vilar devient Centre scénique et opérateur majeur en Fédération Wallonie-Bruxelles. Il confirme qu’il exerce un rôle culturel substantiel en tissant d’étroits liens avec les institutions culturelles du Brabant wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le Vilar peut se targuer d’un réel rayonnement international et de fréquentations records.

Théâtre de créations, il a en effet monté depuis 1975, sur fonds propres ou en coproduction, 187 spectacles, de toutes dimensions artistiques, qu’il a montrés partout en Belgique, à travers toute l’Europe ainsi qu’au Canada. Citons par exemple Le Cercle de craie caucasien de Bertolt Brecht, Six personnages en quête d’auteur de Luigi Pirandello, Fin de partie de Samuel Beckett, Le Bourgeois Gentilhomme, Le Malade imaginaire, Le Tartuffe ou l’imposteur de Molière, Maître Puntila et son valet Matti de Bertolt Brecht, Les Affaires sont les affaires d’Octave Mirbeau, ou Démocratie de Michael Frayn, Les Femmes savantes de Molière, Le Voyage de Monsieur Perrichon de Labiche ou Tailleur pour dames de Feydeau…

Théâtre d’accueil, Le Vilar a invité les plus prestigieuses compagnies, les plus grands comédiens et metteurs en scène. Citons Ariane Mnouchkine et son Théâtre du Soleil, Peter Brook, Otomar Krejca, Benno Besson, Michel Bouquet, Laurent Terzieff, Philippe Avron, Jérôme Savary, Pierre Dux, Tadeusz Kantor, Philippe Caubère, Pierre Santini, etc.

Depuis une dizaine d’années, il a accueilli en création le travail de nombreuses compagnies comme l’Infini Théâtre, Les Gens de Bonne Compagnie, Biloxi 48, l’Acteur et l’Ecrit, Point Zéro, la Cie de la Bête noire, le Collectif mensuel,...

Quelques repères :

1961  : Le Professeur Raymond Pouilliart et Armand Delcampe fondent le Théâtre Universitaire de Louvain (T.U.L.). Jusqu’en 1968, ils se consacrent à la création de pièces de Beckett, Gogol, Ghelderode, Dürrenmatt,... et à leur décentralisation en Belgique et à l’étranger. Le Théâtre Universitaire accueille également de nombreuses troupes dont le Théâtre National de Strasbourg, le Théâtre Antique de la Sorbonne, le Rideau de Bruxelles, ...
1966  : Création de la revue Cahiers du T.U.L. qui deviendront en 1968 les Cahiers théâtre Louvain.
1968/1969  : Ouverture du Centre d’études théâtrales - C.E.T.
Fondateurs : le Professeur Raymond Pouilliart et Armand Delcampe.
Cette même saison, Armand Delcampe fonde l’Atelier théâtral.
1975 : Transfert de l’ensemble des activités à Louvain-la-Neuve.
L’école de formation d’acteurs, l’Institut des arts de diffusion - I.A.D., vient compléter les activités pédagogiques existantes.
1978 : Fondation de l’Atelier théâtral de Louvain-La-Neuve en tant que centre international de création artistique (mise en scène et présentation, à Louvain-la-Neuve et en tournée, du Cercle de craie caucasien de Bertolt Brecht).
28/01/1979 : Première occupation du Théâtre Jean Vilar : séance inaugurale avec la création de En attendant Godot de Samuel Beckett, mise en scène par Otomar Krejca.
1988 : 20ème anniversaire du Centre d’études théâtrales - C.E.T. et des Cahiers théâtre Louvain.
1994/1995 : Création du Malade imaginaire de Molière rassemblant plus de 70 artistes - mise en scène d’Armand Delcampe.
1999/2000 : 25ème anniversaire de l’Atelier théâtral de Louvain-La-Neuve transformé pour l’occasion en Atelier Théâtre Jean Vilar.
2008/2009 : Cécile Van Snick reprend la direction de l’Atelier Théâtre Jean Vilar.
L’Atelier Théâtre Jean Vilar fête ses 40 ans et le Théâtre Jean Vilar a 30 ans d’existence.
2018/2019 : L’ATJV fête ses 50 ans d’existence et travaille sur un projet de rénovation de la salle Jean Vilar.
2021/2022 : Emmanuel Dekoninck succède à Cécile Van Snick à la tête de l’institution, désormais appelée Le Vilar.
21/02/2022 : Début des travaux de transformation du théâtre Jean Vilar.

En chiffres

Le Vilar en quelques chiffres

Depuis son installation à Louvain-la-Neuve, Le Vilar a organisé 727 spectacles et accueilli 3.581.464 spectateurs.

Il a monté 187 spectacles sur fonds propres ou en coproduction.

Par saison, il programme à Louvain-la-Neuve environ 30 spectacles, pour près de 200 représentations.

Chaque année, il rassemble environ 60 000 spectateurs au siège et de 10 000 à 15 000 en décentralisation.

Son taux de fréquentation au siège atteint 90 %.

L’équipe permanente se compose de 25 personnes, en ce compris les équipes administrative et technique, les chefs des salles et le responsable bar.

Livre Cécile Van Snick

Pour en savoir plus…

Atelier Théâtre Jean Vilar 2008-2021
Un parcours au fil de 13 saisons

Cécile est une cheville ouvrière de l’Atelier Théâtre Jean Vilar depuis 24 ans. Elle a animé la vie du théâtre d’abord au côté d’Armand Delcampe jusqu’en 2008 puis à sa direction jusqu’en 2021. Cécile a marqué notre maison de son savoir-faire, sa sensibilité, son humanité, sa générosité, son écoute du public, son respect des artistes, son amour du travail bien fait. Elle a réussi, avec des propositions de qualité, une mise en avant de la création belge et de belles ouvertures à l’international, à mobiliser un public de plus en plus large. Cécile aime les spectacles exigeants et les salles remplies.
Le Conseil d’administration et l’équipe du théâtre ne pouvaient pas la laisser partir sans laisser une trace, un livre, un souvenir de ce que furent les années Cécile Van Snick à l’Atelier Théâtre Jean Vilar.
Ce livre, réalisé par Stéphanie Grosjean et Adrienne Gérard, avec la complicité de Cécile, est un regard sur ces treize dernières années qui ont fait du théâtre ce qu’il est devenu. Le présent est l’écho du passé et l’art éphémère du théâtre a besoin de ses mémorialistes pour que les souvenirs continuent de vibrer.

Emmanuel Dekoninck

Interviews : Stéphanie Grosjean
Mise en page : Thierry Gilis – LPG Graphique
Editeur responsable : Emmanuel Dekoninck
Impression : Septembre 2021
Recherches iconographiques : Candice Denis
Coordination et rédaction : Adrienne Gérard et Candice Denis

Ce livre est disponible :
- au bureau des réservations, durant les heures d’ouverture (du lundi au vendredi de 10h30 à 18h30) - Ferme de Blocry, Place de l’Hocaille, 6 - 1348 Louvain-la-Neuve
- sur place, lors des représentations.

Partager
 

Suivez-nous

Instagram

Soutenez le nouveau théâtre !

En savoir plus
Facebook YouTube Twitter instagram

Le Vilar | 1348 Louvain-la-Neuve - Belgique

Administration : 010/47.07.00 - info levilar.be
Réservations : 0800/25.325 - reservations levilar.be